L’ancienne demeure de Claude-Henri Grignon en vente

 

Viande à chien, nous ne l’avions pas vue passer ! La maison patrimoniale au sein de laquelle vécut l’auteur d’Un homme et son péché et de son adaptation Les Belles Histoires des pays d’en haut, située à Sainte-Adèle, a été mise sur le marché un peu plus tôt cette année.

Datant de 1851, l’habitation a changé de mains au fil du temps, appartenant d’abord à un forgeron qui y avait installé ses activités jusqu’en 1920, transmise ensuite au vétérinaire Jean-Marie Grignon, avant de faire son chemin jusqu’à l’écrivain renommé et natif de Sainte-Adèle, selon les données consignées par le site Patrimoine-Laurentides. On la retrouve aujourd’hui fichée dans le répertoire du Patrimoine culturel du Québec, qui lui reconnaît un intérêt patrimonial. « La maison conserve quelques éléments de l’architecture coloniale et néoclassique anglaise », y est-il précisé. On y indique également qu’il s’agit de l’« un des seuls vestiges du passé adélois ».

Des informations contradictoires circulent quant à la prise de possession des lieux par l’auteur, mais une plaque commémorative installée sur ses murs indique qu’il y a vécu de 1930 jusqu’à sa mort, en 1976. Pour mémoire, Un homme et son péché a été publié en 1933.

Un homme et son courtier

Cette maison assez particulière a été remise sur le marché il y a 5 mois environ. Le prix, qui a été ajusté depuis, est actuellement fixé à 525 000 $.

 

PHOTO TIRÉE DE CENTRIS

La bibliothèque a été laissée dans son état original.

 

L’intérieur a de quoi attiser la curiosité, avec ses airs d’antan, notamment la pièce de travail en bois verni, où travaillait Claude-Henri Grignon. « Elle est chargée d’histoire, le bureau et la bibliothèque où les livres ont été écrits sont restés tels quels », souligne Stéfany Lavigne, courtière chargée du dossier.

Des visites ont eu lieu cette semaine, mais aucune offre n’a encore été déposée. « Les maisons plus que centenaires ont besoin d’amour année après année, ça ne rejoint pas tout le monde, c’est une question de timing », précise-t-elle.

Du côté des rénovations, la toiture vient d’être fraîchement repeinte, mais la cuisine a besoin d’être refaite, et quelques fenêtres seront à changer. Modifications extérieures et changements de volume ne seront pas permis, mais des travaux intérieurs pourront être menés, indique la courtière. Outre l’intérêt patrimonial de la bâtisse, Mme Lavigne pointe comme atouts la localisation de la propriété, à proximité du village et du lac Rond.

27 Oct 2022 | Par Nous avons vendu